mardi 21 octobre 2014
Google+ Twitter Facebook Connexion Premium Inscription Qui sommes-nous ? Espace Premium
Vous √™tes ici : Accueil Focus gestion Gestion, Fiscalit√©, √Čpargne Gestion en bref Soutien mesur√© de l'industrie agricole europ√©enne √† un accord de libre-√©change UE/USA

Soutien mesuré de l'industrie agricole européenne à un accord de libre-échange UE/USA

Soutien mesuré de l'industrie agricole européenne à un accord de libre-échange UE/USA - 4.0 out of 5 based on 1 vote
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 4.00 (1 Vote)

L'industrie agricole européenne a fait part lundi de son soutien à la conclusion d'un accord de libre-échange entre l'UE et les USA, à condition qu'il soit "juste" et respecte les normes européennes de protection du consommateur.

Selon la Copa-Cogeca, l'alliance syndicale représentant les gros exploitants européens, un "bon potentiel existe pour un accord, sans que l'agriculture ne soit un point de blocage des négociations".

L'enjeu pour le secteur agricole européen est surtout d'obtenir la levée des "barrières non-tarifaires", les blocages imposés par les Etats-Unis au nom de règles phytosanitaires à l'importation en particulier de produits laitiers et fruits et légumes, a souligné au cours d'une conférence de presse le secrétaire-général de cette organisation, Pekke Pesonen.

"Trois quarts des gains attendus proviendraient de la levée de ces barrières", alors que les échanges agricoles transatlantiques représentent quatre milliards d'euros par an pour chacun des partenaires. Selon la Commission européenne, l'UE pourrait augmenter ses exportations de 28%.

Mais l'UE ne doit pas c√©der de son c√īt√© sur "la protection des consommateurs et ses normes de production", en d√©pit des pressions am√©ricaines "pour que tout soit mis sur la table", a insist√© M. Pesonen, de retour d'une mission aux Etats-Unis.

Pour la Copa-Cogeca, comme pour la Commission européenne, l'UE doit en particulier camper sur son interdiction du boeuf aux hormones et des poulets chlorés, et imposer le respect de son système d'indications protégées.

"Il est plus important d'avoir un bon accord qu'un accord rapide", a souligné M. Pesonen.

Il a par contre jugé sans fondement les inquiétudes des associations de consommateurs et défenseurs de l'environnement quand à l'impact d'un accord UE-USA sur la culture et la consommation d'OGM.

"Il n'est question que de changement de volumes", avec une hausse prévisible des importations en Europe d'alimentation animale issue de cultures OGM, "mais cela ne va pas changer l'approche législative européenne", a-t-il affirmé.

"L'UE importe déjà des Etats-Unis des millions de tonnes de matières premières contenant des OGM et traces d'OGM (...) il n'est pas question de révolution", a-t-il insisté.

L'Union européenne et les Etats-Unis, qui discutent depuis l'an dernier de cet accord, doivent mener un nouveau round de négociations en mars à Bruxelles.

Ajouter un Commentaire

En déposant un commentaire sur Revenu Agricole, vous accepetez la Charte d'utilisation accessible en suivant ce lien.


Fil gestion, patrimoine

Découvrez un extrait de tous les contenus PREMIUM. Pour avoir accès à l'ensemble des informations, les abonnés doivent se connecter !