dimanche 28 mai 2017
Google+ Twitter Facebook Qui sommes-nous ? Inscription Connexion Premium Espace Premium
Vous êtes ici : Accueil Focus gestion Gestion, Fiscalité, Épargne Gestion en bref Economie Agricole 1000 vaches : Le MODEF apporte son soutien aux militants de la Confédération Paysanne

1000 vaches : Le MODEF apporte son soutien aux militants de la Confédération Paysanne

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Au nom de la liberté syndicale, dans un communiqué de presse le MODEF apporte son sutien à la confédération Paysanne

Le 1er juillet 2014 sept militants de la confédération paysanne sont convoqués devant le tribunal d'Amiens pour avoir manifesté leur opposition au projet industriel de la ferme des 1000 vaches.

Le MODEF apporte son soutien à ses militants syndicaux qui ont contesté le grand projet d'usine à méthanisation et accessoirement de production laitière de la 369ème fortune de France.

Le MODEF est solidaire de ses militants et appelle à leur relaxe.

Le MODEF comme la Confédération Paysanne dénoncent l'industrialisation forcenée de l'agriculture qui porte atteinte à l'installation des jeunes exploitants familiaux, à l'aménagement du territoire, à l'emploi, à la qualité et diversité des produits agricoles et alimentaires. Si ce type d'usine à méthane et à lait se développe, cela signera la fin d'une agriculture basée sur l'exploitation familiale au profit d'une agriculture capitaliste avec la prise de pouvoir des grands détenteurs de capitaux.

La confédération Paysanne dans un communiqué de presse, tout en assumant leur acte, informe sur le procès à venir.

Ils seront neuf, mardi, devant le tribunal d'Amiens. Neuf à comparaître pour refus de prélèvement ADN, dégradation en réunion et incitation à la dégradation en réunion. Tout cela pour un tag géant et quelques boulons dévissés. Face au danger imminent que représente l'usine des 1000 vaches pour l'avenir des paysans, et face à la passivité des pouvoirs publics, la Confédération paysanne a pris ses responsabilités. Nos actions sont légitimes. Nous ne pouvons laisser Michel Ramery mener à bien son projet qui ouvrira la porte à une industrialisation débridée de l'agriculture.

Nous assumons collectivement nos actes. Nous assumerons collectivement ce procès. Mais nous savons que les moyens déployés pour nous faire renoncer sont disproportionnés, et que Michel Ramery poursuit son projet destructeur en toute impunité. Le deux poids deux mesures est à l'œuvre.

Nous profiterons donc de cette journée pour faire le procès des 1000 vaches. Point par point, dans le système agricole comme dans le monde politique, nous montrerons comment ce projet a pu voir le jour.

Ajouter un Commentaire

En déposant un commentaire sur Revenu Agricole, vous accepetez la Charte d'utilisation accessible en suivant ce lien.


Découvrez un extrait de tous les contenus PREMIUM. Pour avoir accès à l'ensemble des informations, les abonnés doivent se connecter !