mercredi 22 février 2017
Google+ Twitter Facebook Qui sommes-nous ? Inscription Connexion Premium Espace Premium
Vous êtes ici : Accueil Focus marchés Céréalier Decryptage Decryptage marché Décryptage Céréales : une campagne inédite en termes de qualité et incertaine

Décryptage Céréales : une campagne inédite en termes de qualité et incertaine

Décryptage Céréales : une campagne inédite en termes de qualité et incertaine - 3.8 out of 5 based on 4 votes
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 3.88 (4 Votes)

incertitudes-marche-du-bleLa campagne 2013-2014 restera dans les mémoires, non pas pour des rendements décevants en céréales car ils sont plutôt au rendez-vous cette année mais pour la qualité inquiétante dans certains secteurs en France mais aussi en Europe. Les marchés sont d'ailleurs dans l'incertitude et les calages s'opèrent en termes de seuils de réfaction. Et le facteur déterminant est indéniablement pour cette récolte 2014 le temps de chute d'Hagberg, le taux de protéine en devenant presque "anecdotique". Revenu Agricole a rencontré Sébastien Poncelet, Responsable Analyse de marché d'Agritel et Michel Portier, directeur d'Agritel et vous propose un tour d'horizon du contexte.

Orges : qualité et quantité au rendez-vous en Europe

Les orges n'ont pas déçu avec des rendements en quantité et en qualité en France mais aussi en Angleterre ou au Danemark avec peu d'orge déclassée pour l'orge brassicole. Au niveau des olégaineux, les colzas qui s'annonçaient exceptionnels en termes de rendement ont en revanche un peu déçu puisque les rendements restent plutôt dans la moyenne, avec des cas de germination. Les maïs quant à eux bénéficient de conditions idéales un peu partout dans le monde. Oubliée la sécheresse qui avait touché les Etats-Unis en 2013. Le cru 2014 s'annonce exceptionnel, avec des cours en deçà des coûts de production du fait de la saturation du marché. Ainsi dans l'Iowa, les cours couvriraient 77% du coût de production selon les dernières estimations réalisées par Agritel. Au niveau du soja, une récolte record est attendue aux Etats-Unis, ce qui ne devrait pas peser énormément sur les cours du fait de la demande exponentielle en Chine qui limite la baisse.

Incertitude sur les blés : quels sont les seuils à considérer pour parler de blé "dégradé" ?

L'Europe produit en année normale 30% de blés fourragers qu'elle absorbe largement pour l'alimentation animale. Elle se retrouve dans une situation inédite cette année avec une quantité importante de blés fourragers du fait d'une qualité dégradée. Ce qui est marquant sur les marchés, c'est l'écart entre le blé meunier et le complexe fourrager (maïs, orge fourragère, blés fourragers et céréales secondaires de type seigle ou triticale).

La météo de juillet a donc été fatale en termes de qualité pour les blés en France mais aussi en Allemagne, en Pologne, en Roumanie ou en Bulgarie. La qualité française attendue médiocre du fait de problèmes de germination et d'incertitudes sur les valeurs hétérogènes de l'indice de chute d'Hagberg avait orienté un temps les opérateurs à délaisser l'origine France au profit de l'Allemagne ou de la Russie. Les pluies qui se succèdent en Allemagne actuellement ont fortement ralenti la "cote" de l'origine allemande car la récolte étant plus tardive qu'en France, il n'y a pas encore suffisamment d'indicateurs sur la qualité. Les intempéries touchent actuellement la Pologne, l'Allemagne et l'Europe centrale avec des inondations dramatiques, notamment en Roumanie ou en Bulgarie.

Rappellons qu'en cette première semaine d'août, il reste entre un quart et un tiers des blés à récolter en Roumanie et en Bulgarie. La Russie présente elle les standards de qualité, tout comme l'Angleterre qui produit en année "normale" essentiellement du blé fourrager et le grand Ouest de la France (Bretagne, façade atlantique contrastant avec l'Est et le bassin parisien dont les qualités sont mauvaises). Autre incertitude et nous y reviendrons : le contexte géopolitique en Ukraine.

A l'heure actuelle, une question déterminante : qu'est-ce qu'un blé dégradé ? On ne sait pas encore quantifier les critères de qualité. Jusqu'à quel niveau les meuniers vont accepter de baisser les critères de qualité ? Il va donc falloir positionner rapidement un curseur en dessous de l'indice de chute d'Hagberg standard fixé à 220. 

L'indice de chute d'Hagberg avait posé des difficultés lors de la récolte 2011, ce n'est rien en comparaison de ce qui est observé cette année. Le niveau toléré sera-t-il de 150, 170 au delà ? Quelle proportions des blés français et européens seront de qualité meunières ? Les marchés attendent la réponse à ce problème. Les cotations des blés vont s'affiner en fonction des qualités dans les prochains jours. Sur le terrain, on observe des écarts de prix de l'ordre de 30 € la tonne entre les blés français meuniers et fourragers. Des adaptations vont devoir être faites pour constituer des lots, des mélanges. 

Les capacités d'export de l'Europe à l'international commencent à inquiéter les marchés mondiaux. Les Russes en attendant profitent de leurs bons rendements et de leur bonne qualité pour exporter.

Ukraine : quelles perspectives ?

La situation en Ukraine ne s'arrange pas au niveau des perspectives. Des incertitudes planent sur le potentiel à l'export du pays en faillite. Agritel qui a une filiale en Ukraine et des correspondants sur place précise qu'il est difficile de tirer des conclusions. Tout va dépendre de l'ampleur du territoire qui va être annexé par la Russie. Les ports sont préservés puisqu'ils permettent au pays de gagner de l'argent. Cependant si en plus de la Crimée les régions de Donetsk et de Lougansk sont annexées  par la Russie, tous les ports de la mer Noire et 50% des meilleures terres d'Ukraine deviendraient russes. Le scepticisme se porte plus pour l'instant sur la récolte 2015 que 2014 où le potentiel des terres ukrainiennes n'a pas été exploité au maximum.

 

Agritel devrait publier sous quelques jours des estimations de production pour la récolte 2014.

 

Lire aussi :
> l'analyse céréales du 06/08/14 : Céréales: les inquiétudes sur la qualité rendent le marché très volatil
> l'analyse céréales du 04/08/14 : Les céréales stables, les investisseurs prudents face aux problèmes de qualité

Commentaires   

 
0 #3 Smithc861 13-09-2016 14:36
Thanks for this article. I'd also like to express that it can often be hard if you are in school and simply starting out to initiate a long credit standing. There are many students who are just trying to endure and have an extended or favourable credit history are often a difficult matter to have. bddfbfdfdaadbad a
Citer
 
 
0 #2 Smithg270 12-09-2016 12:37
It's very straightforward to find out any topic on net as compared to textbooks, as I found this article at this site. bdgdkkaabaegbbe d
Citer
 
 
0 #1 Smithe638 08-09-2016 11:18
Several of these games are worth some time and are actually gcgeccebdeffdkb a
Citer
 

Ajouter un Commentaire

En déposant un commentaire sur Revenu Agricole, vous accepetez la Charte d'utilisation accessible en suivant ce lien.


Stratégie et décryptage

Les marchés agricoles

Découvrez un extrait de tous les contenus PREMIUM. Pour avoir accès à l'ensemble des informations, les abonnés doivent se connecter !