Revenu Agricole...votre revue Libre et indépendante
jeudi 22 juin 2017
Google+ Twitter Facebook Qui sommes-nous ? Inscription Connexion Premium Espace Premium
Vous êtes ici : Accueil Vos mémos et infos Revenu Agricole Accueil : Houps et Hermès Revenu Agricole...votre revue Libre et indépendante
Revenu Agricole...votre revue Libre et indépendante - 4.3 out of 5 based on 19 votes
1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 4.34 (19 Votes)

C'est le moment de découvrir l'offre exceptionnelle d'abonnement à Revenu Agricole. Accédez à 100 % des mémos et articles de Revenu Agricole : droit rural, patrimoine, Juridique, Fiscalité, Marchés agricoles, Engrais  A découvrir en cliquant ici...

Commentaires   

 
+4 #1 Pillias Gilles 13-01-2014 19:34
Bonjour à tous Un grand merci à toute l'équipe de RevenuAgricole, qui m'a apporté de bonnes infos tout au long de l'année .Enfin une revue qui ouvre le débat démocratique .Bonne année à toute équipe . Mr PILLIAS
Citer
 

Ajouter un Commentaire

En déposant un commentaire sur Revenu Agricole, vous accepetez la Charte d'utilisation accessible en suivant ce lien.


Vos mémos et infos Revenu Agricole

La Chine au coeur des attentions

Les prix de l'urée s'orientent de nouveau à la baisse sur la scène internationale après avoir marqué le pas à la mi-août. En Chine, la récente explosion dans la région de Tianjin avait créé quelques tensions passagères entraînant un léger rebond des prix de l'urée. Ces dernières n'étant désormais plus d'actualité, les prix de l'urée chinoise, marché de référence mondial, s'orientaient de nouveau à la baisse semaine passée. A l'image des grains, le marché des engrais azotés est lui aussi particulièrement sensible à la morosité actuelle du contexte macroéconomique mondial. Ainsi, la Chine premier producteur mondial d'urée, s'est vue dernièrement obligée de dévaluer sa monnaie afin de faire face au ralentissement de son activité économique. Dans ce contexte, les exportateurs chinois supporteront des coûts moins importants, laissant entrevoir la possibilité que la tendance baissière se prolonge. On notera enfin qu'en Egypte, marché de référence pour les opérateurs européens, les prix de l'urée sont également orientés à la baisse dans le sillage du contexte mondial. Concernant le marché de l'ammonitrate, les prix communiqués en début d’été devraient rester stables durant le mois d’août avant un éventuel ajustement courant septembre. Enfin, en ce qui concerne la solution azotée, les prix se détendent à nouveau sur la façade atlantique, profitant d’une parité euro dollar de plus en plus favorable, désormais affichée autour de 1.14, et de la baisse des prix de l’urée.

Veaux d'élevage et d'engraissement – semaine 34-2015

Alors qu’un certain nombre d’opérateurs ont maintenu la pression en baissant une nouvelle fois les prix des veaux laitiers, d’autres ont préféré reconduits leurs tarifs pour assurer leurs mises en place. Les volumes de la semaine ne sont pas excessifs avec une régulation des vêlages amenée par la robotisation des exploitations, mais également par la part grandissante du sexage des inséminations. Les mises en place sont de leur côté un peu plus régulières avec des bâtiments remis en production après la période de congés. Les tarifs des veaux Frisons se sont ainsi maintenus toute la semaine sur les marchés pour finir avec une légère plus-value sur Château-Gontier ou sur les cadrans de Bretagne. Les veaux légers demeurent dévalorisés, même s’ils sont de moins en moins présents, car les acheteurs les laissent dans les exploitations. Dans les Normands et Montbéliards, les très bons sujets se vendent régulièrement, pour l’élevage ou l’export, mais les tarifs tombent rapidement au niveau des Frisons dans les sujets ordinaires ou plus légers. Dans les veaux de qualité destinés au label, les acheteurs ne peuvent faire pression sur les prix comme ils le souhaiteraient. Les disponibilités ne sont pas très abondantes dans les bons veaux frais et viandés ou de conformation supérieure.

Broutards – semaine 34-2015

Il faudra attendre encore une semaine pour voir un réel redémarrage de l’activité export. Les bateaux en partance pour la Turquie à la fin du mois devraient libérer de la place dans les bâtiments de quarantaine. Les volumes sont encore modestes, mais suffisants pour la demande face au ralentissement ponctuel de la demande de mâles légers. Cela permet aux acteurs locaux un approvisionnement plus régulier sur le marché. Les tarifs se sont maintenus dans les très bons broutards Charolais, Limousins, mais le tri a été plus sévère dans les Rouges des prés ou les croisés de moins de 300kg. Le commerce reste compliqué dans la gamme intermédiaire (310/380kg), dans l’attente d’un redémarrage de l’export vers le Maghreb. Les tarifs sont stables dans les mâles de plus de 400kg à destination de l’Italie. Dans les femelles, l'offre est juste suffisante dans les bonnes alors que la vente reste tendue dans les ordinaires à destination de l’Espagne.

Bovins d'embouche et d'élevage – semaine 34-2015

Les volumes proposés à la vente ne sont pas très importants. C’est le signe qu’il n’y a pas de décapitalisation massive par la sécheresse. La pluie de ces derniers jours permet de garder les animaux dans les herbages même s’il faut les complémenter. Les transactions sont régulières avec des tarifs qui tendent à progresser pour les bonnes vaches et génisses lourdes ou proches de la finition. Les engraisseurs sont plus prudents dans le bétail ordinaire, mais sans pouvoir peser sur les prix faute de disponibilité.

Jeunes bovins – semaine 34-2015

Jeunes bovins – semaine 34-2015 - 1.0 out of 5 based on 1 vote

Le commerce reste morose avec une production qui a très peu bénéficié de la pression des éleveurs cet été. Destiné majoritairement à l’export, les prix ne se fixent pas en France, mais en fonction de l’équilibre avec nos concurrents européens. La légère réévaluation des prix en France alors que nos voisins étaient à la baisse, fait que nous sommes moins performant à l’export. Les tarifs sont stables dans les Charolais dans un commerce calme. Les difficultés s’accumulent dans les Blonds d’Aquitaine, avec des retards de sortie important chez des animaux en pleine croissance et qui sortent rapidement des critères imposés par les acheteurs. Les laitiers sont peu soumis à la variation des prix, car une bonne partie est contractualisée pour la restauration rapide.

Pièce agricole
Découvrez un extrait de tous les contenus PREMIUM. Pour avoir accès à l'ensemble des informations, les abonnés doivent se connecter !